Auteur,  Hiver - Noël,  lectures de saison,  lectures et chroniques,  WIGGS Susan

LA CARESSE DE L’HIVER – SUSAN WIGGS

Une belle et douce romance dans les Catskills…

Le résumé : 

Désemparée après l’incendie de sa maison, Jenny retourne s’installer au pavillon d’hiver du lac des Saules, la propriété familiale où elle vivait adolescente. Là, dans ce décor empreint de nostalgie, la neige fait resurgir un flot de souvenirs: le baiser de Rourke, le garçon qu’elle aimait alors et qui ne lui a jamais déclaré sa flamme…Depuis, les années ont passé. Rourke multiplie les conquêtes éphémères et semble tout faire pour l’éviter. Aussi, quelle n’est pas sa surprise de le voir se présenter à sa porte peu avant Noël. Que vient-il faire ici ? Serait-il encore temps de tout recommencer avec cet homme qu’elle a attendu toute sa vie ?

Mon avis et ressenti…

Jenny hésite beaucoup sur la direction qu’a besoin de prendre sa vie.

Elle sent bien que quelque chose de profond la pousse à amorcer un tournant dans sa vie, sans savoir lequel.

Parce qu’elle a peur. Essentiellement peur.

Abandonnée par sa mère à l’âge de 4 ans, de papa inconnu pour elle à l’époque, elle grandit entourée de l’amour de ses grands-parents polonais, propriétaires de la très célèbre boulangerie Sky River, à Avalon. 

Gram a toujours aimé reproduire les fameuses recettes traditionnelles sucrées de son pays et c’est dans un départ précipité de son pays qu’elle a emporté tous ses secrets de fabrication. Ils sont tous répertoriés scrupuleusement et conservés dans une vieille boîte en fer sur la plus haute étagère de la cuisine familiale.

Jenny connaît leur existence et elle espère en faire un livre de recettes gourmandes.

La boulangerie a toujours été un cocon protecteur et sécurisant pour Jenny, son vrai repère solide dont elle est désormais responsable; en parallèle, elle est chroniqueuse culinaire pour le journal local de sa petite ville natale.

Ses rêves de jeune fille la projetaient parfois vers un ailleurs plus trépidant… 

Pourquoi pas se rendre à New-York, découvrir cette immense ville où tout serait possible et où son inspiration serait sans aucun doute sans limite !

Parce qu’en effet, écrire un livre fait partie de son rêve.

Son seul empêchement: son manque de confiance en elle.

Sa loyauté envers sa seule famille, ses chers grands-parents, l’a longtemps empêchée de franchir le pas. 

Le dilemme…

Ses grands-parents ayant toujours été présents, elle se devait d’en prendre soin à son tour en se faisant la promesse d’être à son tour présente pour eux.

Jusqu’au décès de Gram et l’incendie de leur maison… un drame dans lequel Jenny pensait avoir tout perdu.

Tout, à part ses souvenirs, ses rêves, ses envies, ses amis, son activité en tant que responsable de la boulangerie, et surtout Rourke, le magnifique chef de la police d’Avalon.

Ces deux se connaissent depuis l’adolescence. Et s’aiment encore en silence, sans avoir trouvé le courage de se l’avouer.

Le poids de la culpabilité et de la trahison les a tenus à distance. 

Renoncer à cet amour profond mais secret pour se protéger mutuellement et laisser Joey, le meilleur ami de Rourke, demander la main de Jenny…

Ils étaient jeunes pour vivre cette épreuve; pourtant, non sans douleur, Rourke s’y est résigné, pensant que Jenny serait sans aucun doute plus heureuse ainsi…

Un sacrifice. 

Une moitié de vie sacrifiée. Un amour perdu qui reste malgré tout tenace dans le coeur de chacun.

La vie ramène en permanence Rourke vers Jenny; ou l’inverse peut-être. 

Rourke a choisi de vivre et travailler à Avalon; il prend son café chaque jour à la boulangerie.

Et ils s‘évitent soigneusement. Ils s’évitent tout en se croisant.

Pourtant, Rourke n’hésite pas une seconde à héberger Jenny après l’incendie de sa maison.

Et tout est vivace, les sentiments, les émotions, le désir, le silence, la peur d’évoquer le passé qui les a séparé…

Les souvenirs nostalgiques refont surface lors du séjour de Jenny au lac des Saules, là où tout a commencé.

Son besoin de se retirer pour enfin commencer à écrire correspond à ce tournant de vie qui s’amorce de plus en plus pour elle.

Et lui permet de réaliser ce qui compte le plus à ses yeux désormais…

Je me suis totalement fondue dans cette histoire. 

Une romance très touchante, qui n’épargne personne dès le plus jeune âge.

Des émotions profondes, des tournants de vie délicats et effrayants, des renoncements et surtout une résilience nécessaire pour poursuivre sa route.

Indéniablement, celles de Rourke et Jenny sont liées… 

Il ne manque plus qu’à oser se le dire…

Et j’ai d’autant plus été touchée par la pudeur de chacun qu’elle repose aussi sur le respect de leur ami perdu.

L’un et l’autre, Rourke et Jenny, avaient besoin de maintenir la distance durant toutes ces années afin de vivre leur propre vie et de se laisser cheminer vers plus de maturité probablement.

Ce roman est le deuxième de la série du lac des Saules de Susan Wiggs; je vous la recommande, elle nous permet de traverser le temps en retraçant des parcours aussi douloureux que magnifiques.

Quelques citations : 

« Elle avait quatre ans quand sa mère l’avait abandonnée, et son père était pour ainsi dire un étranger qu’elle ne connaissait que depuis six mois. »

« Elle avait grandi dans la boulangerie, au milieu des arômes entêtants du pain frais et des épices. »

« Jenny, pour sa part, évitait de parler de Rourke. Ils avaient été très proches, à une époque. Ils se connaissaient même intimement, mais il y avait des années de cela. Depuis lors, ils n’avaient pas échangé un mot. Rourke venait tous les matins à la boulangerie prendre son café, mais comme Jenny travaillait à l’étage, ils ne se voyaient jamais. À vrai dire, ils se donnaient du mal l’un et l’autre pour éviter de se croiser. »

« Autrefois, si quelqu’un lui avait dit qu’elle resterait à Avalon et qu’elle continuerait de travailler à la boulangerie, elle lui aurait ri au nez. Elle avait, elle aussi de grands projets. Elle allait quitter cette petite ville de province où elle avait grandi. Elle irait vivre à New-York, elle ferait des études, puis se lancerait dans une grande carrière. »

« Un été, il y avait longtemps, il était tombé amoureux de Jenny. Il avait passé des années à essayer de l’oublier. Force était de reconnaître qu’il n’avait jamais réussi. »

« Jenny savait qu’elle avait joué un rôle dans sa décision de s’installer à Avalon, même s’il n’était pas prêt à l’admettre. Elle avait été fiancée à son meilleur ami, Joey Santini. »

« Rourke continuait à réfréner ses émotions. Une partie de son être était toujours prisonnière du passé, otage de la cruauté de son père et de l’indifférence de sa mère. »

« En un instant, toutes les années de silence s’évaporèrent et les regrets déferlèrent en lui. À quoi cela lui avait-il servi de l’éviter pendant tout ce temps ? »

                                                                                                                   À très vite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *